Une Médaille de la Ville de Montreuil pour Stéphane Hessel

Publié le par reinerschleicher.over-blog.com

images.jpg               Par1257153                                                                                    

 

  Fontenay, le 5 mars 2011

 

 

 

 

   

 Madame la Sénatrice-Maire, Chère Dominique Voynet,

 

 

 

Je vous écris pour réagir à votre décision de remettre la médaille de la Ville de Montreuil à  Stéphane Hessel.  

 

Si je rends ce courrier public, c’est en raison d’un précédent décevant : ma longue attente, non récompensée, d’une réponse à la lettre que vous ai adressée il y a près de 2 ans.

 

Que peut m’importer, à moi qui ne suis pas Montreuilloise, cette récompense à un homme déjà célébré  dans tous les médias ?

 

C’est que, femme de terrain, j’attribue autant d’importance à ce qui se passe dans une mairie et une bibliothèque municipale que sur un plateau de télévision.

 

C’est aussi que je suis restée Montreuilloise de cœur. J’ai enseigné des années durant à Montreuil. J’y ai animé des activités périscolaires. J’y ai lutté pour défendre l’école publique. J’y ai conservé de nombreux amis.

 

Aussi, je m’intéresse à votre ville et à son tout nouveau citoyen d’honneur. 

Il est nonagénaire, ce peut être une raison de l’honorer.

Il a été résistant et déporté pour cela, c’en est une seconde.

Contrairement à ce qui se dit, il n’a pas participé à la rédaction de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, il en a seulement été témoin.

Mais le motif de la gloire présente de ce nanti si indigné, de ce diplomate si audacieux, de ce « vieux » si « djeuns »,  est d’avoir écrit un « best seller ». J’ai lu attentivement ce petit ouvrage.

Certaines des injustices qu’il dénonce sont flagrantes, à commencer par l’écart croissant entre les très riches et les très pauvres. Je n’avais pas attendu son injonction pour m’en indigner.

Défendre le programme du Conseil National de la Résistance et s’opposer à la  remise en cause des acquis sociaux, tout ceci est légitime. Le parallèle qu’il établit entre la Résistance au régime de Vichy et la résistance à la politique du gouvernement actuel me semble cependant démagogique et anti-pédagogique, ce parallèle pouvant entretenir une confusion relativiste.

Il estime que notre monde « a dépassé la confrontation des idéologies et le totalitarisme conquérant. »

Et s’il se trompait ? S’il passait à côté de la reconnaissance de la nouvelle menace d’une idéologie totalitaire conquérante ?

Le terrorisme, essentiellement islamiste  qui fait chaque année dans le monde, des milliers de morts civils, délibérément ciblés, n'indigne pas Monsieur Hessel.

 

Il ne nous engage pas à y résister mais à le comprendre.

 

Au lieu de le condamner comme moralement inacceptable, au nom des droits humains universels qu’il prétend incarner, il critique le recours au terrorisme car il le juge inefficace,.

 

Enfin, comme vous le rappelez, sa principale  indignation « concerne la Palestine ».  

 

Mais il ne rend pas service aux Palestiniens par sa complaisance envers le Hamas, islamiste, misogyne, antisémite, terroriste et considéré  comme tel par l’Union Européenne et les Etats-Unis.

 

Surtout il n'a ni voulu ni prévu les révoltes du monde arabe.

Quand il s'indignait médiatiquement de Gaza, il n’avait pas même un regard pour les enfants égyptiens. Comment comprendre pareille indifférence, alors que, les chiffres de l'IRIN (1) l’attestaient, leur situation était plus grave ? (Taux de prévalence du retard de croissance chez l’enfant de 0 à 5 ans, lié à la malnutrition de la mère et de l’enfant, de 10 dans les territoires palestiniens et  de 29 en Egypte.)

Mais les peuples oubliés par l’indignation de Monsieur Hessel  réservent des surprises, bousculant quelque peu son agenda et celui de l’ONU.

Au-delà du phénomène de mode, ne faut-il pas oser porter, sans tabou, un regard critique sur une indignation trop sélective pour être authentique ? 

Je vous prie d’agréer, Madame la Sénatrice-Maire, mes meilleures salutations citoyennes.

 

                                                       Huguette Chomski Magnis

                                   Secrétaire Générale du Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme 


Commenter cet article